François Calay

Le bouc émissaire

Le bouc émissaire : toujours coupable !chasse

Différent des autres

Quoi qu’il se passe dans une école, tous les enfants trouvent que "c’est la faute de Untel" : un manteau est déchiré, on perd le match de football, il y a du bruit dans la classe, c'est toujours Untel qui est désigné coupable.

Pourtant, Untel n'abîme pas les manteaux, joue très bien au football, et ne fait pas de bruit en classe.
Untel est ce qu’on appelle un "bouc émissaire" : tout ce qui va mal est désigné par le groupe comme étant de sa faute.

Pourquoi un individu précis devient-il le "bouc émissaire" ? Souvent parce qu’il est, en quelque chose, différent des autres :
- parce qu’il est un excellent élève qui réussit tout, ce que les autres ne supportent pas
- parce qu’il est le seul élève à habiter dans un quartier très pauvre ou très riche
- parce qu’il est très petit, très gros, très sensible ou très myope …

Le "bouc émissaire "est donc celui qu’un groupe accuse de toutes les fautes et de tous les malheurs. Il est désigné coupable et responsable de tout ce qui va mal.

Origine du nom "bouc émissaire"

Dans la religion juive, un prêtre posait les mains sur la tête d’un bouc avant de l’envoyer dans le désert. Il considérait ainsi transmettre à l’animal toutes les fautes commises par le peuple. Et le bouc - comme un émissaire - allait bien loin perdre toutes ces fautes qui disparaissaient avec lui.

On n’emploie parfois aussi l’expression "tête de Turc" pour désigner la personne dont tout le monde se moque.
Au 19e siècle, dans les foires, il y avait des engins - appelés dynamomètres - sur lesquels il fallait frapper le plus fort possible. Sur ceux-ci était dessiné un visage avec un turban, soit une coiffure de Turc de l’époque. Dramatique racisme mal placé.

Quelques exemples

Les boucs émissaires ont toujours existé. On les retrouve dans tous les groupes, qu'elle qu'en soit la dimension : familles, écoles, usines, clubs , bureaux, nations, ... partout où quelques personnes sont rassemblées, le phénomène surgit.

Le bouc émissaire d'un groupe peut être
- une seule personne
- un groupe de population
- un ou plusieurs animaux
- un élément naturel
- un concept plus abstrait.

Exemples :
- les Juifs ont été accusés d'avoir amené en France la peste noire au quatorzième siècle, ils furent également accusés de tous les maux de l'Allemagne et du reste du monde entre 1930 et 1945
- il est plus facile d’accuser un entraîneur ou un gardien de but que de trouver pourquoi toute une équipe de football perd
- les immigrés sont souvent des boucs émissaires, comme fausse explication aux problèmes du chômage et de la pauvreté d'un pays
- le plus dramatique pour un père de famille, c'est d'être le bouc émissaire de sa propre famille, désigné par sa femme qui influence les enfants
- pour certains, tous leurs malheurs proviennent de l'Europe, d'internet, du premier ministre, des normes écologiques, de l'éducation judéo-chrétienne, d'un président américain, d'un microbe de grippe, d'un chien, d'un volcan, des Wallons, du TGV, ou des Palestiniens ... la liste non exhaustive n'est limitée que par les capacités de l'imagination humaine
- voyons les multiples exemples autour de nous, il y en a partout !

Un coupable… pour cacher les vraies causescormorans

En fait, trouver un bouc émissaire est une explication facile, beaucoup plus facile que de rechercher les vraies causes des échecs ou des problèmes :
- cela permet de ne pas se remettre en question
- cela supprime les discussions et le désordre puisque tout un groupe est d’accord pour accuser une personne ou un autre groupe
- cela rassure ceux qui sont inquiets, puisqu’on trouve une explication officielle aux difficultés.
- cela crée une alliance qui soude le groupe contre le prétendu coupable, peu importe le racisme et à la violence qui s'en suivent

Mais ... c’est s’empêcher de trouver des solutions aux problèmes puisqu’on en ignore les causes réelles ...

Comment lutter contre ce phénomène?

Il est important de lutter contre le phénomène du bouc émissaire, mais c'est quasiment impossible.
On ne devrait jamais accepter de laisser désigner erronément un coupable à tout ce qui ne va pas. Il faut inciter le groupe à comprendre son propre système de fonctionnement, et à chercher en lui les raisons de son malaise.

Mais qui va jouer ce rôle ? Certainement pas ceux qui ont le pouvoir ou qui tiennent les rênes économiques, mais plutôt les philosophes (voire les religieux, s'ils sont corrects et acceptés), car les vérités sont bien souvent dérangeantes et peuvent déstabiliser le pouvoir en place.

Souvent, c'est celui qui désigne les erreurs d'un groupe, qui en devient immédiatement le bouc émissaire. Cela se retourne immédiatement contre celui qui dit la vérité, comme dans la chanson de Guy Béart : "Le poète a dit la vérité, il va être exécuté".

L'atypique, bouc émissaire de prédilection

Par sa sensibilité et ses capacités, l'atypique capte facilement la charge maladive, ressent les liens agressifs du groupe, pressent les rejets. Etant donné ses différences, il peut devenir un bouc émissaire rêvé ! Le groupe va le désigner consciemment ou inconsciemment, car il est potentiellement dangereux : il ressent les choses, en connaît trop, il parle trop ... il faut l'éliminer !

Eviter d'être bouc émissaire

Pour éviter de devenir le coupable désigné d'un système, il faut
- montrer qu'on va bien et avoir l'air alerte
- témoigner d'une ouverture d'esprit mais tout en restant dans la norme
- ne jamais paraître "farfelu" dans ses dires ni dans son comportement
- être pausé, non agité, sans flux de paroles ni de silence exagéré
- et surtout : être "comme tout le monde", ce qui est ... impossible à quelqu'un de construit, loyal, créatif, intelligent et responsable ...

Personnellement, j'ai rarement été "bouc émissaire" de grands groupes, parce que dès ma tendre enfance je suis conscient de ce risque.
Mais les rôles que j'ai dû jouer , les mille stratégies à utiliser pour l'éviter m'ont fait détester les groupes, voire même l'humanité en général.
J'éprouve un ressenti de grand cirque humain, et un profond dégoût pour les manipulations omniprésentes des hommes entre eux.

En écrivant cette page je me rends toutefois compte que je n'ai pas été suffisamment perspicace dans certains petits groupes, je suis encore le coupable désigné auprès d'êtres qui me sont proches, et cela me fait immensément souffrir.

------------------------------------------

“C’est en fait assez simple d’endoctriner le peuple, que ce soit en démocratie, sous une dictature fasciste, au parlement ou sous une dictature communiste. Il suffit de dire aux gens qu’ils sont sous la menace d’une attaque. Et de dénoncer les pacifistes pour leur manque de patriotisme qui met le pays en danger.”
Herman Goering

Tous droits réservés - © F. CALAY 2004-2017 - compteur statistique :