François Calay

Les paradoxes ... inattendus

Qu'est-ce qu'un paradoxe ? paradoxe

Le mot "paradoxe" provient du grec paradoxos, «παράδοξος» : «contraire à l'opinion commune», de para : «contre», et doxa : «opinion».

Le paradoxe, c'est quelque chose (une idée, une chose, un fait, un être, une action) qui surprend par son fond ou par sa forme, et qui apparaît contradictoire avec les idées reçues, l'opinion courante, les préjugés, le sens commun, la logique.

En bref : c'est quelque chose d'inattendu, d'apparemment illogique et incompréhensible ... et parfois, d'inacceptable ...

Quelques exemples de paradoxes

Beaucoup de situations ont une face visible bien parfaite, mais qui abrite un potentiel d'inattendus, de contre-vérités.
La sagesse populaire dit par exemple : "Méfiez-vous des eaux dormantes", ou "Méfiez-vous de ceux qui jouent les saints", ou "Il y a deux faces au bouclier".

Effectivement, on a assisté ces derniers temps à une série de dénonciations en tous genres, dans des domaines variés, auprès des politiques, religieux, artistes, sportifs.

Certains paradoxes m'amusent vraiment beaucoup, par exemple :
- un président, marié à une épouse récemment immigrée, qui promulgue des lois anti-immigration
- un pape retraité, ayant abdiqué, qui promeut la sainteté du célibat dans une Eglise bouleversée par des scandales sexuels
- un ministre de la transition écologique qui possède neuf véhicules automobiles
- certains jeunes végans qui se méfient de toute nourriture non eco-bio, mais voyagent sans limites en avion
- l'apport de neige par hélicoptère sur les pistes de ski sans neige à cause du réchauffement climatique
- la suppression des voitures polluantes dans les centre-villes mais la revente de ces véhicules à l'étranger
- certains prisonniers de guerre 40-45 qui renvoyaient à leur famille l'argent qu'ils gagnaient dans le casino du camp !

Plus près de moi, j'ai connu personnellement, avec beaucoup moins d'amusement : paradoxe
- un homme ayant eu la main droite coupée dans une scierie, devenir champion du monde de sténographie
- un jeune-homme issu d'une famille anglaise respectable vivant à Bruxelles, qui violait certains gamins du quartier
- un jésuite père spirituel d'un collège quitter les ordres pour épouser une alcoolique très endommagée
- un agriculteur biologique, aux vaches d'une race brune exclusive, fumeur de pêtards et autres champignons
- un couple animant des week-ends pour fiancés, et dont le mari avait une maîtresse (ils ont divorcé par la suite)
- deux fondateurs de communauté religieuse charismatique impliqués dans des détournements financiers et sexuels !

Le paradoxe a-t-il un sens ?

Certainement, oui, tout paradoxe a une signification. En ce sens, le paradoxe n'existe que vu de l'extérieur.
Car pour le comprendre, il faudrait connaître l'ensemble des éléments qui le compose. Dès lors l'évènement apparaîtrait logique, attendu, normal. Le vrai paradoxe n'existe sans doute pas !

Ce travail d'analyse et de compréhension au second degré demande un détachement émotionnel et moral. C'est un travail effectué avec brio par certains tribunaux en pays démocratiques.

Prenons par exemple le violeur anglais dont je parle ci-dessus. J'ai appris beaucoup plus tard que sa maman l'a vu, à l'âge de douze ans, rentrer de l'internat totalement perturbé : il était vraisemblablement lui-même passé en premier à la casserole et a perpétué ce qu'il avait vécu.
Pour comprendre, il faut entrer au plus profond de l'intimité des gens, parfois dans des lieux dont eux-mêmes ne sont pas conscients.
Mais alors, ça permet de pardonner beaucoup plus facilement.

Suis-je paradoxal ?paradoxe

Non, je ne m'estime pas paradoxal.
Mais ce qui est vrai, c'est que j'aime le paradoxe : toute réalité a deux faces, et je me fais un plaisir de rechercher les faces cachées.
Je le fais par curiosité, par recherche de vérité : cela me permet d'aller plus loin dans l'analyse et la compréhension de la vie.

J'aime aller au fond des choses, dans une fluidité qui peut amener à un certain inattendu, car je suis persuadé qu'aucune chose de la vie n'est simple à comprendre, et j'aime observer l'envers du décor.

Aux yeux de certaines personnes, je sais que cela me fait apparaître paradoxal.
Certains m'aiment comme je suis et me l'expriment avec gentillesse, voire amusement. Pour eux, c'est exotique, et plein d'inattendus amusants ou enrichissants.

D'autres me le reprochent avec ironie, voire rejet. Car cela les dérange, cela leur fait peur : "avec toi, tout est possible dans tous les sens", ai-je entendu. Je déstabilise leurs attentes, leurs préjugés, voire leurs croyances ou leur idéologie.
Non, bien sincèrement, "tout n'est pas possible dans tous les sens". Les gens qui disent cela ne me connaissent pas. J'ai une ligne de conduite prudente et maîtrisée. "Il y a des filtres qu'on n'ouvre pas", au risque de s'y perdre. Et ces filtres-là, j'ai appris à les repérer, et je les respecte.

Si vous me trouvez paradoxal, c'est que vous ne me comprenez pas. Ce n'est pas grave en soi, sauf si vous faites partie de mes proches. Dans ce cas j'en suis profondément triste.

Et vous, paradoxal, vous ne l'êtes jamais ... ?paradoxe

-------------------------------

"Le paradoxe de la condition humaine, c'est qu'on ne peut devenir soi-même que sous l'influence des autres."
Boris Cyrulnik

"Il existe un curieux paradoxe : quand je m'accepte tel que je suis, alors je peux changer."
Sénèque

-------------------------------
Les illustrations de cette page sont des peintures de Juris Dimiters


Tous droits réservés - © F. CALAY 2004-2020 - compteur statistique :