François Calay

Une guerre nucléaire ?

guerre nucléaireJamais je n'aurais pensé qu'un jour - ce 28 avril 2022 - je serais amené à écrire une telle page.
J'étais convaincu que l'humanité était passée à un niveau supérieur de coeur et de conscience depuis l'apaisement des années 90.

Petit rappel : Deux bombes atomiques ont déjà été larguées, par les USA, en 1945 : une sur Hiroshima, puis une sur Nagasaki trois jours plus tard.
Depuis, plus rien de tel.
Pourtant, beaucoup parlent de la guerre "froide", qui a duré des décennies et durant laquelle certaines nations se sont armées d'ogives plus destructrices les unes que les autres. Il y en aurait plus de 14000 à ce jour.

Certains déclarent que ces ogives nucléaires ont empêché (jusqu'ici) l'éclatement d'une guerre, car les bombes atomiques serviraient à la dissuasion, plus qu'à l'attaque réelle.
On peut lire tous azimuts la théorie faisant la publicité de cette "dissuasion nucléaire".
D'après les spécialistes, c'est une "stratégie de défense qui s'appuie sur le fait que l'adversaire potentiel renonce à une agression parce qu'il pense que le gain escomptable est inférieur au risque de destruction qu'il encourt".
Posséder des armes atomiques est donc une forme de chantage qui est censé - en théorie et suivant un seul cas de figure - freiner l'agresseur.

La guerre nucléaire totale s'est révélée être une menace si pesante sur le devenir même de l'humanité que les belligérants, depuis 1945, se sont abstenus d'employer l'arme nucléaire.
Pourtant, avec la démocratisation de cette technologie, des pays de plus en plus nombreux s'en emparent, avec le risque qu'un fanatique ou un peureux s'en serve pour imposer sa vision du monde. Je suis persuadé que certains chefs d'état sont ouverts à l'utilisation d'armes atomiques : quand on est étourdi par le pouvoir et si on n'a plus rien à perdre, on peut faire ... n'importe quoi.

La puissance de frappe est inimaginable et atteint des sommets : depuis 2021, la Russie est dotée d'un missile balistique intercontinental dénommé "Sarmat", capable de frapper n'importe quelle région sur Terre avec une puissance totale de 450 fois la bombe atomique larguée sur Hiroshima : de quoi transformer en seulement deux minutes un pays de la taille de la France ou la Grande Bretagne en désert inhabitable ...

Le principal danger ne vient pas seulement des mauvaises intentions, mais de ce qu’on peut appeler d’un terme générique, un "accident".
Ce peut être une faute de calcul stratégique, un contresens sur une déclaration d’autrui, un accès de rage, une fausse alerte, quelqu’un qui appuie sur le mauvais bouton ou clique sur un lien erroné. Tout cela contribue à maximiser les chances du déclenchement accidentel d’une guerre nucléaire.

J'espère au plus haut point que la raison humaine l'emportera sur les peurs et les frustrations de certains, mais j'en suis de moins en moins persuadé : il y a quelque chose dans l'ADN humain qui lui fait générer des dictateurs, parfois pseudo-démocrates, toujours ambitieux. L'histoire l'a suffisamment démontré : Jules César, Hannibal, Napoléon, Staline, Hitler, Mao, Mussolini, et des dizaines d'autres, au passé comme au présent. Certains sont même conservés dans un mausolée.

La bêtise du peuple est inouïe. Cela fait partie, d'après C.G. Jung, de l'inconscient collectif : on entretient l'illusion d'être "grand", alors qu'on est profondément d'une pauvreté extrême, aussi bien matérielle que morale. Cela m'est apparu très clairement ces dernières années lors de mes voyages dans un pays que j'e n'ai pas besoin de nommer. On y trouve l'omniprésence de ces trois pôles d'illusion : la vodka (pure ou frelatée), les églises orthodoxes restaurées et pleines d'or, et les monuments commémoratifs de la victoire de 1945 entretenus et fleuris. A côté de cela, le peuple vit dans une misère indescriptible entretenue par une propagande illusoire plus ou moins subtile, mais à laquelle il est moins dur d'adhérer que d'observer sa misérable réalité.
Comme disait encore C.G. Jung : "plus un peuple est grand, plus son niveau spirituel collectif est bas" ...

Bref. Le système actuel de "paix" dans le monde, qui est basé sur la peur de l'autre et sur la menace d'une riposte, est un leurre qui pourrait ne pas durer.

La "paix" réelle, c'est un mode de vie basé sur le respect, la patience, la compréhension, et l'amour.
C'est ce dont on a besoin. Mais on en est loin ...

ogives nucléaires

---------------------------------------------------

"L'arme nucléaire, c'est la fin acceptée de l'humanité."
Théodore Monod

Tous droits réservés - © F. CALAY 2004-2022 - Me contacter ou me soutenir ? cliquez ici