François Calay

Conduire à gauche

ullapoolDépasser par la droite

La vie est parfois troublante, mais quelque piment réfrène la morosité des pâleurs du quotidien. Le dépassement de soi, des autres, … surtout des autres, mais par quel côté ?

J’ai parfois cette chance inouïe de pouvoir dépasser les autres par la droite. Le processus n’est pas compliqué : il faut vérifier si aucun véhicule ne surgit en face de vous, et pour cela, se pencher très fort vers la droite, ou demander au passager de le faire pour vous … du moins … si on lui fait confiance…, puis un bon coup de volant accompagné d’une forte pression sur l’accélérateur et hop, le tour est joué.

C’est savoureux, même si au début, c’est plutôt … effrayant. Mais on s’y habitue, c’est comme pour tout dans la vie …

La première fois, c’était en février 1986, je m’en souviens comme si c’était hier. Un véritable traumatisme : braver cet immense péril nécessitait un stoïcisme certain.
Mais voilà, j’y suis arrivé, et par la suite, je n’ai plus pu m’en passer. Depuis lors, cela m’arrive plusieurs fois par an.

Prendre les rond-points à l'envers

Mais il y a mieux encore, c’est de prendre les ronds-points à l’envers. Une expérience orgastique, certes, mais pleine d’espoir vers un futur meilleur. Car en abordant les ronds-points à l’envers, on tourne dans le sens des aiguilles d’une montre, on avance vers un avenir certain. Dans l’autre sens, on serait rétrograde.

Le processus est très simple : à l’approche du rond-point, il faut garder la gauche de la route, puis l’aborder en se dirigeant vers la droite. Et on tourne, tourne, tourne, c’est prodigieux. Parfois même je suis arrivé à tourner plus vite que les aiguilles d’une montre, je me sens alors décoller vers un nouvel espace-temps qui m’emporte dans un tourbillon d’exultation paradisiaque. Mais les bonnes choses ont un épilogue, et tôt ou tard il faudra revenir sur terre, freiner, ralentir, sortir à la troisième rue à droite, non, à gauche : la troisième rue à gauche !

hullDe retour d'Angleterre ...

Et là, je reste sur la gauche, tout le temps, au moins jusque Douvres. Mon périple anglais est terminé, j’ai réservé la traversée pour le bateau de 11h.

A Ostende, tout va s’inverser. Il faudra rouler à droite, dépasser par la gauche, prendre les ronds-points par la droite, sortir à droite, se garer à droite, ils sont fous, ces Gaulois. Tout est à l’envers sur le grand continent !

Il n’y a pas que les Grands Bretons qui roulent à gauche, c’est le cas aussi de l’Afrique du Sud, l’Australie, l’Inde, le Japon, le Kenya, Singapour, la Tanzanie, Hong Kong, la Thaïlande, le Zimbawe et bien d’autres, je nommerai par exemple : la Barbade, le Boutan, le sultanat de Brunei, les îles Caïman, Fidji, les îles Kiribati, les îles Maldives, l’île Maurice, les Seychelles, mais surtout, ce qui est historiquement plus grave : l’île Sainte-Hélène.

Alors, pourquoi certains pays roulent-ils à gauche et d’autres à droite ?

Au Moyen-âge, il était préférable de se déplacer du côté gauche. La raison est simple : en cas de « mauvaise rencontre », il était plus facile et plus rapide de sortir son épée de la main droite !

Plus tard, les habitudes se sont inversées, notamment en France et aux Etats-Unis où les paysans empruntaient plutôt la voie de droite. C’était plus pratique, étant donné qu’ils étaient assis à gauche et leur main droite était utilisée pour manier le fouet avec lequel ils dirigeaient les chevaux.

La conduite à droite s’est assez bien répandue au fil des années et a même été imposée par Napoléon dans les pays conquis.
Le Royaume-Uni, en revanche, a préservé la conduite à gauche et l’a transmise à ses colonies aux temps du Commonwealth.
Si Napoléon avait gagné à Waterloo, les Anglais rouleraient à droite et auraient intégré l’Europe ! Ah, histoire, quand tu nous tiens !

obanUn peu de révisionnisme historique ;)

Mais revenons à Napoléon : il s’est enfui de l’île d’Elbe, où on roule à droite, mais il n’a pas voulu s’enfuir de l’île Sainte Hélène, où on roule à gauche.

Ce que très peu de gens savent et qui n'est d'ailleurs pas vrai, c’est qu’à l’île d’Elbe, ses partisans sont venus le chercher une nuit, avec des chevaux habitués à galoper du côté droit de la route. Bonaparte fut libéré.

Mais à Sainte Hélène, lorsque ses partisans sont arrivés en pleine nuit avec des chevaux galopant du côté gauche de la route, Napoléon a refusé de les accompagner, prétextant une entrave à ses principes législatifs et moraux.
Quand le cocher lui a dit « maître, sautez, je vous amène au port où une frégate vous attend pour rentrer en France », Napoléon répondit : « il n’est pas question que je monte dans votre véhicule qui roule du même côté de la route que les Anglais. Plutôt mourir ici de mon ulcère, que de m’avilir dans la bouillasse de mes ennemis … » Ah, héroïsme, quand tu nous tiens !

Suède, Islande ... et Angleterre

Plus proche de nous, il y eut le jour H, en Suède. C’est ainsi qu’ils nomment le 3 septembre 1967. Ce jour-là, à cinq heures du matin, tout le pays a changé de côté : précédemment ils roulaient à gauche, et dorénavant ils roulent à droite.

L’Islande a fait le même changement le 26 mai 1968.

Je ne pense pas que l’ouverture à l’Europe dont témoignent les Anglais induise chez eux de tels désirs, mais au moins, après la courte traversée Calais-Douvres, on a la chance de se sentir aussi dépaysé qu’après un long voyage aux Iles Kiribati, à moins que comme Bonaparte et moi-même, vos ne préfériez aussi passer des vacances à … Sainte Hélène !

----------------------------------------------------------

;) Le gouvernement belge vient de décider qu'au 1er janvier prochain, sur tout le territoire, les automobiles devront rouler à gauche, non plus à droite. Si l'expérience est concluante, à partir du 1er février la mesure sera adoptée pour les camions ;)

Tous droits réservés - © F. CALAY 2004-2017 - compteur statistique :