François Calay

Etre un miroir pour l'autre

repasCette page n'est pas intitulée "l'autre est un miroir de moi ".
Il ne s'agit pas d'une réflexion sur ce que l'autre m'apporte, en quoi il m'interpelle, ce que j'apprends sur moi à son contact.
Je vais délibérément éviter cette approche très courante, qui est d'ailleurs significative d'une psychologie individualiste très à l'honneur ces dernières années.

Je veux aborder cette page sous un autre angle, qui est l'approche inverse, et que voici :

- quel est mon rôle dans mon rapport à l'autre ?
- quelles sont les conséquences, pour l'autre, de ma relation avec lui ?
- quel reflet, quelle image de lui-même vais-je renvoyer à celui qui est en contact avec moi ?

Etre responsable

La première prise de conscience, est de comprendre que tout ce que je pose comme acte, de quelque ordre qu'il soit, a des conséquences sur mon entourage, vivant et matériel, présent et futur.
Je ne puis rien faire qui soit "isolé".
Dans mes expériences d'isolement en Ecosse et en Lettonie, je me suis rendu compte que ma présence à elle seule influençait la nature environnante : par mes besoins de nourriture, ma consommation d'eau, de bois de chauffage, le fait de déranger les animaux qui gravitent dans les forêts avoisinantes, mes traces de pollution, etc.
Mais cela va plus loin encore, car ma présence a des répercussions humaines, que je le veuille ou non : j'utilise des moyens de transport, je fréquente des magasins, je dérange certains voisins, j'approfondis des relations d'amitié, je rédige un site internet, etc.

Tout acte que je pose a donc un certain nombre de conséquences sur l'équilibre - ou le déséquilibre - de l'univers dans lequel je vis.
Je suis donc responsable. Profondément.

"Être un homme, c’est être responsable. C’est sentir, en posant sa pierre, que l’on contribue à bâtir le monde."
Antoine de Saint-Exupéry

Etre bienveillant

La deuxième prise de conscience, est de comprendre la nécessité d'avoir un regard bienveillant.
Bienveillant par rapport à moi-même, mes erreurs, mes défauts, mes souffrances, mes limites, ... et dans la lancée ... bienveillant par rapport aux autres, à la manière dont ils essaient de survivre à leurs défauts, leurs souffrances, leurs limites ...
La bienveillance, c'est une disposition d'esprit inclinant à la compréhension, à l'indulgence envers autrui, d’une manière désintéressée et compréhensive. La bienveillance génère une attitude qui permet de renforcer l’estime de soi et la sérénité de l’autre.

"La non-violence, sous sa forme active, consiste en une bienveillance envers tout ce qui existe. C'est l'amour pur."
Gandhi

calayChanger de regard, de filtre

La troisième prise de conscience, est de comprendre que je peux regarder l'autre de plusieurs manières, suivant les filtres de perception que je vais déployer.
Mes filtres peuvent être variables, suivant mes préjugés, mes stéréotypes, mes méfiances, mes souffrances, ma perception d'autrui, mes frustrations, mes angoisses, mes illusions, mon cadre référentiel, mes croyances, mes désirs.
En écrivant ceci, je suis effrayé de voir tout ce qui peut influencer mon regard sur autrui !

Alors, changer de regard, changer de filtre ?
Oui c'est possible, et sans doute essentiel : supprimer tous ces filtres finalement très égocentriques, et les remplacer par le filtre de la bienveillance.
Regarder l'autre avec une bienveillance profonde du coeur ... "oui, ta vie n'est pas facile, tu te dépêtres du bourbier de l'existence, comme tu le peux ... tout comme moi aussi d'ailleurs" ...

Apaiser l'autre

La quatrième prise de conscience, est de comprendre que finalement tout être humain est en recherche d'apaisement, quel que soit le moyen qu'il utilise pour cela, dont certains sont parfois paradoxaux : le sport, la guerre, l'action politique, les addictions, la dépression, les croyances diverses, ...

Apaisement de quoi ?
De se sentir inadapté, mal-aimé, pas à la hauteur, incompris, ...
De savoir que tout est fugace, que le bonheur est éphémère et que la souffrance peut durer ...
De savoir qu'à un moment relativement imprévisible la mort sera au rendez-vous ...

Un miroir positif

Oui, la bienveillance invite à croire profondément en l'autre,
Je peux alors être pour lui un miroir qui lui renvoie une image positive de lui-même, ce qui va ,d'une part, lui donner plus de confiance en lui, et, d'autre part, l'apaiser.

Et dans le concret ?

Après une rencontre, un dialogue, un temps passé ensemble, je me pose maintenant cette question : "ai-je aidé à l'apaiser, ai-je été pour lui (ou pour elle) un miroir positif qui va lui permettre de renforcer sa confiance en lui (en elle) ?"

---------------------------------------------------

"L'amitié ne rend pas le malheur plus léger, mais en se faisant présence et dévouement, elle permet d'en partager le poids, et ouvre les portes de l'apaisement."
Tahar Ben Jelloun

lettonie

Tous droits réservés - © F. CALAY 2004-2018 - compteur statistique :