François Calay

La simplicité volontaire

simplicité volontaireDe quoi s'agit-il ?

Immergés dans la société de consommation, de plus en plus de gens cherchent à briser l’étau qui les étouffe et à réaménager leur vie d’une autre façon en changeant leur rapport à la consommation. C’est cette rupture qu’on peut appeler la "simplicité volontaire".

Ce n’est d'emblée pas simple, car se détacher de la société de consommation exige un énorme travail sur soi et une transformation du rapport à autrui, dans la mesure où les autres se perçoivent d’abord comme consommateurs.
Ce n’est pas toujours volontaire à l’origine, et chez certaines personnes, c’est parfois une situation d’échec ou de pénurie, ou une interpellation psychologique (perte d’emploi, maladie, dépression, divorce, accident, ..) qui amorce le processus de conversion.

Au sens fort du terme, la simplicité volontaire est un choix et constitue un projet délibéré : l’adepte de la simplicité volontaire ne fuit pas le plaisir ou la satisfaction, mais il a compris qu’il ne peut y arriver par les voies que lui offre la société de consommation.

Vue sous cet angle, la simplicité volontaire ressemble à une sagesse à la fois épicurienne et stoïcienne. C’est un art de vivre autrement, en cherchant à briser la société de consommation de l’intérieur, mais sans la quitter. C'est un désir de réforme, sans se désolidariser complètement.

Ce n’est pas un mouvement religieux, et ce n'est pas non plus une cause environnementale. C’est souvent une cause sociale, puisque les thèmes de la consommation responsable et du commerce équitable y affluent constamment. Mais comme la mouvance est large et complexe, il serait difficile de l’enfermer dans des schémas théoriques a priori.

---------------------------------------------------------------
SVSe désaliéner de la société de consommation

Nous vivons dans une société marquée par l’esprit de quantité matérielle, et nous avons tous une conviction à la fois consciente et inconsciente que "plus" veut dire "mieux", et que le bonheur et la réalisation de soi résident dans cette quantité. Dans notre monde capitaliste, la consommation est devenue un mode de vie, une raison de vivre. C’est à travers elle que nous sommes reconnus comme citoyens et que nous trouvons notre place dans la société.

Le passage à la simplicité volontaire est le résultat de la prise de conscience de la situation d’aliénation engendrée par la société de consommation. La personne qui passe à la simplicité volontaire fait une véritable metanoïa, une conversion. Elle décide de déconstruire le système de la consommation : "moins" veut dire "mieux" !

Tout peut y passer. L’alimentation bien sûr, avec un approvisionnement direct chez l'agriculteur dans un circuit court de proximité, mais aussi le travail (passage au temps partiel), le logement, la voiture, le style de voyage (covoiturage), le mode de vie (jardin, campagne), le recyclage et le réemploi, le vêtement (seconde main), le système du don (organisation de donneries), le prêt, l'achat collectif, le partage, le bénévolat, l'entraide.

---------------------------------------------------------------
Les groupes de Simplicité Volontaire

En découvrant la Simplicité Volontaire (SV), certaines personnes prennent conscience qu’elle définit parfaitement ce qu’ils vivent depuis toujours sans le qualifier. Pour d’autres, par contre, c’est le début d'une aventure dans laquelle tout reste à découvrir et à construire. La question se pose alors : par où commencer ? Une réponse possible, c'est intégrer un groupe de simplicité volontaire.

Un groupe de simplicité volontaire est un groupe d'une dizaine de personnes qui se rencontrent régulièrement (souvent mensuellement), afin de partager, de se soutenir, s'entraider sur leur choix de vie. Il y a des groupes de base et des réseaux plus larges. Certains des groupes s’institutionnalisent, par exemple, ceux des "'Amis de la Terre". On peut donc parler d’une mouvance à caractère international.

---------------------------------------------------------------
Mon expérience ?

J'ai participé à un tel groupe, mais pas très longtemps. Mon véritable ressourcement personnel, ce sont mes voyages dans des pays plus pauvres, principalement en Europe de l'Est (Roumanie par exemple), où je retrouve un mode de vie complètement différent, et tellement interpellant, qui me met en action.

Tous droits réservés - © F. CALAY 2004-2017 - compteur statistique :